Le stockage des déchets selon Knauf (bis)

Voici quelques clichés pris en Mars 2022 au port d’Illange qui parlent d’eux-mêmes sur l’attention toute particulière que l’industriel porte au stockage des rebus de sa production ainsi qu’au code de l’environnement.

Rappelons que la préfecture de la Moselle avait mis l’industriel en demeure de procéder à un stockage réglementaire pour des raisons de santé publique en Janvier 2020 (voir arrêté préfectoral ci-dessous).

Il faut croire que Knauf a la mémoire courte car on peut raisonnablement douter que l’entreposage sauvage constaté en 2022 sur ces photos soit réellement réglementaire.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20220224_171556-1024x768.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20220224_171548-1024x768.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20220224_171535-1024x768.jpg.

Un courrier de SKI sera adressé prochainement à la Dreal et à la préfecture pour demander des explications sur cette sinistre réalité. Il faut rappeler que l’arrêté de 2020 visait à protéger les populations et l’environnement de l’effritement de ces plaques de laine de roche entreposées à ciel ouvert et dont les particules néfastes pour la santé seraient dispersées par les vents, le ruissellement des pluies …

Ces images écornent sérieusement les publications de Knauf (Fuse notamment) en matière de respect de l’environnement et des populations.

Ci-dessous pour rappel, l’arrêté préfectoral de Janvier 2020 obligeant Knauf à respecter le code de l’environnement pour l’entreposage de ses rebus de production :

Des similitudes entre l’usine Knauf d’Illange et celle de Rockwool à Soissons – mêmes arguments à l’implantation, mêmes dommages aux populations

Dans le cadre de la manifestation du 21 Mai 2022 organisée à Soissons par le collectif Stop Rockwool ainsi que d’autres organisations de défense de l’environnement et de la santé, évènement auquel SKI participera, nous publions ci-dessous deux lettres de Thomas Le Roux, chercheur au CNRS, sur le projet Rockwool ; la première en 2020 lors du lancement du projet, et la seconde en 2021 adressée à la préfecture de l’Aisne.

Il est frappant de constater les ressemblances évidentes entre les contextes Knauf à Illange et Rockwool à Soissons : simplification des démarches pour les industriels, enquête publique éclair, création d’emplois contre environnement, parole savante d’experts issus du monde industriel contre parole profane des riverains, stratégie à court terme polluante contre projet durable plus long à mettre en oeuvre, et surtout, même dommages pour la nature et les hommes.

Première lettre en Octobre 2020 :

Seconde lettre en Mars 2021 :

La qualité de l’air selon Knauf – une démonstration matinale

Samedi 20 Novembre 2021, alors que le ciel était bien dégagé et laissait présager une belle matinée ensoleillée, un panache de fumée noire accompagné de flammes a quelque peu terni le tableau.

Voici ce que les riverains d’Illange pouvaient apercevoir de leurs fenêtres vers 7h20 :

Heureusement, les écoliers du groupe scolaire d’Illange (situé à 300 m de l’usine, ne l’oublions pas) n’étaient pas encore arrivés – encore que cela aurait pu être l’occasion d’une petite leçon de choses sur le développement durable, la fin des énergies fossiles ou la théorie et la pratique.

La hauteur de la cheminée et la direction des vents ayant été choisies (et validés par les instances de régulation ainsi que la préfecture de la Moselle) comme parade ultra-moderne à la pollution de l’air (qu’il est difficile d’ignorer sur ces images), les populations n’ont pas à s’inquiéter.

Ni le Luxembourg d’ailleurs (qui avait rejeté l’implantation de l’industriel en 2018), et ce, même si le vent lui est défavorable, car nous savons tous, depuis au moins Tchernobyl, et plus récemment Lubrizol, que les nuages toxiques s’arrêtent aux frontières.

En revanche, ce qui n’apparaît pas sur cette vidéo, et qui se joue des vents et des frontières, c’est le CO2, issu de la combustion du charbon, solution technologique d’avant-garde qui a été choisie comme preuve de l’engagement de Knauf en faveur du climat (et validée par les instances de régulation et la préfecture de la Moselle, bis).

Le CO2, ce gaz inodore, incolore, parfaitement inoffensif pour les écoliers et le reste du monde, mais qui, une fois là-haut, en concentrant les rayons du soleil toujours un peu plus, saura nous rappeler, ainsi qu’aux instances de régulation et à la préfecture de la Moselle, que notre planète est soumise à des lois physiques non subordonnées à l’appât du gain et dont les conséquences seront dramatiques pour les écoliers des générations suivantes, et le reste du monde.

Pour SKI, la rédaction.