Madame la Députée, Messieurs les Maires de Thionville et Yutz, Monsieur le Préfet de Moselle,

Courrier d’un citoyen à nos élus.

Madame la Députée, Messieurs les Maires de Thionville et Yutz, Monsieur le Préfet de Moselle,

Encore merci à vous pour défendre un projet obsolète hautement polluant : l’usine Knauf à Illange ! 

 Ce matin, les anti Knauf bloquent l’accès au chantier d’Illange. À voir ici : https://stopknauf.fr/blocage-de-lentree-de-lusine-knauf/

 L’usine Knauf, c’est :

  • un projet obsolète et polluant, alors que des alternatives moins polluantes ou non polluantes, existent .
  • 80 000 tonnes de CO2 par an, soit le doublement de la pollution de l’A31.
  • des camions en provenance de Pologne pour le transport de 100 tonnes de charbon par jour.
  • une future zone d’habitation sinistrée, Yutz – Illange. Les habitants de ce secteur cherchent à vendre leurs maisons, et quitter définitivement le secteur.
  • etc…  

 À quand la brochure touristique de Thionville avec une offre spéciale pour visiter l’usine ultra polluante d’Illange ?  Avec un slogan fort : « Venez gâcher l’avenir de vos enfants ! Venez visiter l’usine Knauf à Illange. »

Un peu comme à Tchernobyl, + 120 000 touristes par an pour visiter la zone fortement irradiée et perdue pour toujours. Illange a du potentiel touristique ! 

 Je présume que vous avez déjà expliqué à vos enfants si un jour, ils développent un cancer du poumon, vous en serez au moins en partie responsables !

 Je vous souhaite une bonne journée, pleine de CO2,

 Merci à ce « service public », qui n’aura bientôt plus rien de public… 

 Bien cordialement,

Pourquoi la pollution de l’air fait bien plus que de nous tuer

Plusieurs études menées au cours de la décennie par Sefi Roth, chercheur à la London School of Economics, tendent à montrer que la pollution de l’air, en plus d’avoir des conséquences sur la santé corporelle des individus, occasionnerait également des troubles cognitifs ou favoriserait l’apparition de maladies mentales. [altantico.fr]

Lire la suite : [article en PDF] [lien externe]

Cela tient quelquefois à bien peu de chose

Plage de Papagayo Lanzarote îles Canaries (Espagne)
Luc Viatour / https://Lucnix.be

Vous connaissez peut-être l’île de Lanzarote appelée aussi île des Volcans qui fait partie des Canaries. Elle obtient en 1993 le titre de réserve de biosphère par l’Unesco, elle fait le choix d’un développement économique durable, son souci étant de sauvegarder l’environnement et ses ressources naturelles. Si vous allez sur cette île, vous n’aurez pas de pollution visuelle : aucun panneau publicitaire ne vient agresser votre vue. À l’hôtel, vous lirez sur le mur un avertissement : ne gaspillez pas l’eau, pareil au restaurant si vous optez pour le buffet froid : ne gaspillez pas les aliments, prenez seulement ce dont vous avez besoin… À qui doit-on cette île préservée ? À un artiste, homme de génie, Cesare Manrique qui n’hésite pas à s’insurger contre les promoteurs de l’époque. Nous sommes dans les années 80, époque où l’on bétonne à tout va. Grâce à sa ténacité, à son génie aussi, l’artiste parvient à ses fins : l’île est une merveille, un exemple pour toute la planète au point de vue écologique. On a beau faire preuve de témérité, d’audace, il faut avoir des appuis politiques. L’artiste peut réaliser son œuvre grâce à son ami d’enfance José Ramírez Cerdà devenu l’homme le plus important de l’île puisque Président du Cabildo Insular, c’est-à-dire le conseil insulaire.

Continuer la lecture de « Cela tient quelquefois à bien peu de chose »

Le pays paillasson

Lettre reçue d’un couple d’adhérents d’Illange.

Bonjour à tous,

Abandonner toute exigence en matière environnementale, accepter ce qu’aucun de nos voisins ne veut, fait de nous un « pays paillasson » où des prédateurs viennent s’essuyer les pieds. Nous avons perdu tout honneur, toute dignité. Qu’aura-t-on promis aux décideurs de ce funeste projet pour accepter le diktat de l’argent contre l’avis des populations et au mépris de leur santé et ce en parfaite contradiction avec les engagements pris par le gouvernement sur l’abandon du charbon.

Sur un strict plan économique les quelques emplois annoncés nous coûtent vraiment très chers. Cette mégazone laissée à l’abandon pendant plus de 10 ans aurait pu rapporter près de 1 600 000 euros de récoltes céréalières, le terrain vendu à vil prix fait perdre à la collectivité plus d’un million d’euros, en plus de cela on leur fait cadeau d’une route à plus de 2 millions d’euros. Qui paiera la réfection des routes défoncées par les 36 660 camions annuels lourdement chargés de matériaux divers ? Encore des cadeaux, exonération et de taxe foncière pendant deux ans. On nous annonce à terme une rentrée fiscale de 1 500 000 euros soit 1,5 euro par Mosellan. Au prix moyen du traitement du cancer (50 000 euros) avec cet argent on ne pourra en traiter qu’une trentaine, soit 0,003 % de la population. Les douleurs et les souffrances resteront à notre charge. Bravo les élus, à part les voix aux élections ils ne doivent pas savoir compter !

Cette opération va vider nos poches et remplir nos poumons de matières toxiques, notamment de particules fines.

« Marchons, marchons
Qu’un air plus pur emplisse nos poumons !
»

Les paroles et les actes

Un texte du blog Oiselles Oiseaux et Non-Leaders Solidaires.

Les paroles : Notre président de la République Française dit vouloir fermer les 4 dernières centrales à charbon d’ici 2022…

Si nous ne croyons pas celle-là, il nous en racontera une autre ?

Les actes : On pourrait penser qu’avec les déclarations du Président, on arrêterait de mettre en route d’autres usines fonctionnant au charbon.

Ben non : À Illange en Moselle le préfet (représentant de l’état s’il en est) a donné, le 21 décembre 2018, l’autorisation d’exploiter à l’Usine Knauf (fabrique de laine de roche qui va utiliser du gaz et du charbon sous forme de coke). Usine refusée au Luxembourg pour cause de pollution.

Continuer la lecture de « Les paroles et les actes »

Une enquête révèle le scandale de la pollution de l’air en France

Jean-Christophe Brisard auteur et documentariste s’est penché pendant près de deux ans sur la qualité de notre air. Résultat, une enquête passionnante « Irrespirable » aux éditions First. Il y décortique le « scandale des pressions, collusions et mensonge pour que rien ne changer ». L’Ex-Francilien a lui-même quitté la capitale quand sa fille a fait de l’asthme, « ça va beaucoup mieux. Mais tout le monde ne peut pas ainsi déménager » reconnaît-il.

Rien ne se perd, tout se gagne !

Les combats contre les pollueurs sont nombreux et la détermination d’un collectif est un des éléments essentiels pour les gagner. Aujourd’hui, lisez le cas d’Harsco Metals & Minerals France.

Le collectif Stop Pollutions d’Imphy devant le tribunal de Nevers, le 12 octobre 2016 – Affaire Harsco © Hugo Ribes / Item

Pollution de l’air : Harsco baisse les bras dans la Nièvre
Il y a un an, suite au combat du collectif Stop Pollutions, le site d’Harsco Metals & Minerals France à Sauvigny-les-Bois (Bourgogne) est fermé.
[lien externe article en PDF]

Appel à la solidarité pour un lanceur d’alerte

Nous relayons l’appel de l’association Oinoleboso.

Karim Ben Ali n’a pas fait que parler d’écologie il a posé des actes (en filmant le déversement d’un acide dangereux sur le crassier de Marspich en Moselle et en diffusant l’information).

Les conséquences sont lourdes pour lui et sa famille. […]

Pour se défendre au tribunal et retrouver un travail Karim doit faire face à des dépenses judiciaires. Il s’est assuré les services d’un bon avocat. […]

Il faut que nous réussissions à empêcher que la pollution continue à tuer chaque année des milliers de personnes. Karim a posé un acte dans ce sens. Il faut que d’autres puissent le faire aussi en étant assuré.e.s de la solidarité de tout le mouvement social.

Envoyez vos dons à l’ordre de «  Oiseaux et Non-Leaders Solidaires » à cette adresse : René Croci Oinoleboso, 19 rue du Vieux Bourg, 57970 Yutz.

20.000 étudiants refusent de rejoindre les entreprises polluantes

C’est une action qui fait écho à notre combat contre l’installation de l’usine Knauf. A travers un manifeste, les rédacteurs souhaitent créer un élan collectif afin que chacun prenne en compte les enjeux sociaux et environnementaux dans sa vie professionnelle et personnelle, et montrer que les étudiants participent à la mobilisation actuelle autour du climat. [lien externe]

« À quoi cela rime-t-il de se déplacer à vélo, quand on travaille par ailleurs pour une entreprise dont l’activité contribue à l’accélération du changement climatique ou de l’épuisement des ressources ? Au fur et à mesure que nous nous approchons de notre premier emploi, nous nous apercevons que le système dont nous faisons partie nous oriente vers des postes souvent incompatibles avec le fruit de nos réflexions et nous enferme dans des contradictions quotidiennes »

« Nous souhaitons, par notre mobilisation, inciter tous les acteurs de la société – les pouvoirs publics, les entreprises, les particuliers et les associations – à jouer leur rôle dans cette grande transformation et à mener les changements nécessaires vers une société enfin soutenable. »