Quand Knauf se prend pour Christo

Courrier d’une adhérente au sujet de notre article d’hier.

J’aime Christo, artiste célèbre pour avoir empaqueté des monuments, notamment le célèbre Pont-Neuf. Ses créations sont des œuvres artistiques, il s’approprie un lieu, in situ et pour une durée limitée. Knauf aurait-il une âme d’artiste, lui qui s’empresse de recouvrir sa merde d’une bâche gigantesque et verte ?

Si le projet du Pont-Neuf a nécessité plus de 40 000 m² de toile qui miroitait et changeait de teinte au soleil, j’aimerais savoir combien coûte à Knauf cette horreur qu’il impose aux habitants de Surdulica, leur laissant croire qu’avec des déchets emballés, ils ne risquent plus rien.

Si Christo en emballant le pont, veut offrir un regard neuf sur le plus ancien pont de Paris, Knauf désire simplement camoufler la pollution visuelle engendrée par son usine toxique.

La couleur de la bâche utilisée par Knauf n’est pas anodine : utilisation d’un produit vert par une entreprise qui ne l’est pas ; slogan abusif « Pour un monde meilleur » ; oui M. Knauf, vous excellez dans le greenwashing ou écoblanchiment. En fin de compte, vous n’êtes peut-être pas un artiste mais vous maîtrisez parfaitement l’art de la dissimulation…

La santé (de l’économie) d’abord.

La crise sanitaire que nous traversons a montré à ceux qui l’ignoraient que dans notre pays, la santé publique a été sacrifiée au profit de l’économie par des allocations de budget en constante diminution depuis plusieurs années, décidées par des gouvernements de tendances théoriquement opposées mais qui tous ont appliqué une austérité à base d’objectifs comptables se traduisant par la diminution du nombre des établissements de santé, des lits, des effectifs, des équipements de soins et de prévention. Cette politique s’est doublée d’une imprévoyance que l’on peut qualifier d’impardonnable puisqu’il est maintenant prouvé que les stocks « stratégiques » de masques, par exemple, n’ont pas été renouvelés depuis 2011 et qu’ils ont même été partiellement détruits jusqu’en mars 2020. Pour couronner le tout, la majorité de l’Assemblée nationale vote un texte exonérant de toute responsabilité ministres, hauts fonctionnaires, élus divers afin qu’il soit impossible aux citoyens victimes et proches de victimes de la pandémie, de demander réparation et justice aux responsables de cette situation.

Les personnels soignants de toutes catégories ont constamment alerté les autorités sur les conséquences prévisibles de ces mesures, et ce depuis plusieurs années, de plus en plus bruyamment et clairement. Rien n’y a fait, celles et ceux que nos dirigeants qualifient maintenant de « héros », étaient il y a quelques semaines encore, matraqués et gazés.

Quel rapport avec l’implantation de Knauf à Illange, direz-vous ? Tout simplement ceci qui n’est qu’un rappel :

L’Agence Régionale de Santé Grand-Est a donné son accord au projet Knauf dès avril 2017. À ce jour, malgré nos demandes et malgré l’avis de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) favorable à la communication de tous les documents préalables à l’avis de l’ARS, celle-ci ne nous a remis aucun des documents étayant la décision prise, se contentant de confirmer que l’avis donné l’avait été dans les règles. Nous allons donc solliciter à nouveau la CADA pour tenter d’obtenir gain de cause. Nous ne pouvons croire que ces documents préparatoires n’existent pas et que l’avis favorable de l’ARS a été émis comme on établit un acte de routine alors qu’il est question d’une Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE), c’est-à-dire susceptible de causer des dommages à l’environnement dont des dommages à la santé publique.

Continuer la lecture de « La santé (de l’économie) d’abord. »

Point de situation début février 2020

Knauf a déclaré en Préfecture le démarrage de sa production en continu à compter du 1er décembre 2019.

Une inspection de contrôle a été réalisée sur le site par la direction des Installations classées de la DREAL le 5-12-2019 qui a établi un rapport en date du 15 janvier 2020 [fichier PDF]. Ce rapport est à l’origine de l’arrêté préfectoral de mise en demeure du 31 janvier 2020 [fichier PDF].

Pour résumer :

Knauf indique rencontrer de nombreux problèmes de qualité de fabrication générant une masse très importante de rebuts de production. Ceux-ci sont stockés de façon anarchique et contraire aux règles environnementales et sanitaires. Knauf est mis en demeure de remédier rapidement à ce désordre. Ces rebuts ont envahi le site de l’usine, le port d’Illange, le dépôt Transalliance d’Ennery (à découvert) et le magasin de stockage de Proserv à Yutz (à couvert). D’autres adresses en vue ?

La DREAL a effectué une visite du port d’Illange postérieurement à la visite du site et un rapport d’inspection est en cours de rédaction dont nous avons demandé copie lorsqu’il aura été établi.

Comme la société prétend utiliser tous ces rebuts en les recyclant par combustion dans son cubilot, le Préfet enjoint à Knauf de réaliser cette opération pour fin 2020. À suivre.

Il convient de noter qu’à ce jour aucune analyse n’a été produite sur les résultats de la combustion de ces produits issus d’une première combustion auxquels ont été adjoints phénol et formaldéhyde, entre autres. La DREAL ne pouvait traiter cette question qui ne figurait pas en 2017 dans le dossier d’instruction. Par contre, lorsque Knauf a sorti la briqueterie de son chapeau suite à son échec d’implantation à Sanem (Luxembourg), la DREAL aurait dû s’emparer du sujet et exiger de Knauf toutes les données techniques, scientifiques et sanitaires liées au procédé. Elle ne l’a pas fait… Or il n’est pas exclu que ces deux substances, phénol et formaldéhyde, portées à haute température génèrent des dioxines. Le contraire n’est pas exclu non plus, mais nous n’avons aucune réponse claire à cette éventualité que ni Knauf ni la DREAL n’abordent.

Continuer la lecture de « Point de situation début février 2020 »

Administration à deux vitesses

Nous avons tous été surpris et même énervés de constater à quel point l’administration a su être rapide dans l’instruction de la demande Knauf de s’installer à Illange. Après le secret voulu par le président du Conseil départemental de 2016 au 29 mai 2018, tout a été très vite : permis de construire déjà accordé en catimini en juillet 2017, démarrage de l’enquête publique un 23 août car « le dossier est urgent », absence de prise en compte par le Préfet des 80% d’avis défavorables recensés par cette enquête, CODERST « spécial fin d’année » le 8 décembre 2018 avec trois dossiers sans importance : Arcelor Mittal, Amazon et Knauf Insulation (excusez du peu…) et autorisation d’exploitation accordée le 21-12-2019. « Fast track » (voie rapide) comme le reconnaît candidement le gouvernement dans un rapport officiel sur son activité « Entreprises 2018 », après l’accord donné par Macron à Knauf, à Versailles début 2018.

À l’inverse, lorsque notre association demande des documents accessibles au public, elle suit la « Slow track » (piste lente) ou parcours du combattant. Nous avons dû à plusieurs reprises saisir la Commission Aux Documents Administratifs (CADA) et certains dossiers ne nous sont toujours pas communiqués ; la CADA croule sous des demandes similaires aux nôtres et elle met souvent six mois ou plus à intervenir auprès des administrations fautives.

Continuer la lecture de « Administration à deux vitesses »

Formulez vos réclamations


Le bureau des plaintes est ouvert.

Voici un document que vous pouvez remplir et transmettre aux services de l’État pour formuler vos réclamations quant aux problèmes générés par l’usine Knauf. Pour les constatations, vous pouvez également contacter les représentants des forces de l’ordre de votre secteur.

Par exemple :

À transmettre à :

Préfecture de la Moselle
Bureau des Enquêtes Publiques et de l’Environnement
9, place de la Préfecture – BP71014
57034 METZ Cedex 1
pref-consultations-thionville@moselle.gouv.fr

(Merci de nous en adresser une copie à agissons@stopknauf.fr)

Bon à savoir :

Quelle est l’action de l’État en cas de plainte ?

Après examen de votre plainte, si l’établissement concerné est une installation classée, le service d’inspection en charge de l’établissement va vérifier sa conformité au regard de la réglementation applicable, qu’elle soit nationale ou préfectorale.

Si l’examen de votre plainte révèle que l’installation concernée n’est pas classée, votre plainte sera transmise au service compétent.

Dans tous les cas, un accusé de réception de votre plainte vous sera transmis sous 15 jours.

Le Sous-préfet aux Sables

(cf. entretien avec Thierry Bonnet paru dans le RL le 27 août 2019)

Nos lecteurs avertis auront reconnu dans le titre l’allusion à l’œuvre de Daudet,  « Le Sous-préfet aux champs… »

Les Sous-préfets de nos jours ne sont plus de cette eau poétique. Ils sont plutôt terre-à-terre, et langue de bois. Certes, après un début d’entretien dans lequel Thierry Bonnet parle de la pluie et du beau temps, sur le sujet qui est notre lutte quotidienne, l’implantation au forceps de Knauf Insulation à Illange (4ème paragraphe de l’article cité) – Thierry Bonnet exprime une poésie minimaliste. Il résume, pour faire plaisir sans doute au journaliste qui lui pose la question, le tout en deux petites phrases.

Deux phrases donc et deux altérations sensibles de la réalité !

« Je retiendrai la capacité qu’on a eue à mettre tout le monde autour de la table. Je peux comprendre les doutes mais à partir du moment où toutes les règles sont respectées- et elles sont particulièrement strictes en France – c’est le droit d’entreprendre qui prévaut. »

« Tout le monde autour de la table »? À l’unique réunion publique d’Illange du 11-9-2018, trônait un aréopage d’élus et les représentants de Knauf derrière la table ;  les premiers rangs étant réservés aux notables dont Thierry Bonnet, aux patrons, ainsi qu’aux élus pro-Knauf, et loin derrière, le petit peuple assis ou debout dans la salle, comme il le pouvait. L’esprit d’une réunion publique aurait voulu que seuls le commissaire-enquêteur et Knauf aient été sur scène et que le placement eût été libre. Mal « leur » en a pris, cette réunion a largement tourné au désavantage des promoteurs du projet.

Continuer la lecture de « Le Sous-préfet aux Sables »

Parents et grands-parents, ne cédez pas à la tentation !

Pour la première fois cette année, la rentrée de vos enfants à l’école communale se fait à l’ombre plus ou moins proche de Knauf Insulation, de ses cheminées, de ses odeurs et de ses nuisances sonores. En plus de l’A31, vos petits bénéficieront de K2019 et de ses douces émanations : dioxyde de soufre, ammoniac, phénol, formaldéhyde, microparticules (plus c’est petit, plus c’est dangereux), etc…

Mais Knauf, le Dom Juan qui a déjà séduit vos élus, à commencer par le premier d’entre eux là-bas à Paris, va s’attacher maintenant à vous séduire vous aussi, à coup de cadeaux, de dons, d’événements festifs, financés par les ventes de ses misérables produits et donc… par vous et ses clients.

Continuer la lecture de « Parents et grands-parents, ne cédez pas à la tentation ! »

Commediante ! Tragediante !

Le 30 mai 2018, le Républicain lorrain nous annonce la venue de Knauf sur la mégazone d’Illange.

Le 19 juillet 2018 se crée l’association Stop Knauf Illange à Yutz.

Au fil de nos recherches, nous découvrons que le projet avait été annoncé à M. Schweitzer, de l’AICNI, dès 2016, association qui sert depuis de « caution écologique » à M. Weiten et à Knauf.

Puis nous apprenons que le permis de construire avait été déposé par Knauf dès le 31 mars 2017 et accordé le 27 juillet 2017. Il n’y eut point d’affichage légal sur le site, ou alors en catimini et à l’insu du public.

En juin 2018, MM. Weiten et Leverton annoncent conjointement et officiellement le lancement du projet et des procédures légales ICPE (Installation Classée Protection de l’Environnement) lors d’un raout du Conseil départemental.

Le 23 août 2018 débute l’enquête publique qui se prolonge jusqu’au 5 octobre, avec divers rebondissements et surprises dont une réunion publique houleuse à Illange le 11 septembre 2018 et le dessaisissement pour raisons de santé du commissaire-enquêteur, à sa demande, un jour avant la fin de l’enquête publique.

Les travaux avaient commencé avant la fin de cette enquête, assortis d’infractions à la loi sur les délais à respecter, pour les fondations par exemple. Malgré plus de 80% d’observations défavorables du public, le commissaire-enquêteur remet un rapport favorable, assorti de trois réserves toutefois.

Jouant les capitaines courageux, M. Leverton avait entre-temps assuré accepter de courir un « risque industriel » si le projet n’était finalement pas autorisé.

Continuer la lecture de « Commediante ! Tragediante ! »

« Dans le respect de l’environnement et en harmonie avec les citoyens »

(Fuse N°1 DE Knauf Illange)

Ça fume, ça FUSE, ça fiouze, ça flouze … Et ça filoute !

À quoi sert une prétendue « Menschlichkeit » qui ignore plus de 80% d’avis défavorables d’une enquête publique, qui rejette 80.000 tonnes/an de CO2 et des centaines de tonnes d’autres polluants, et qui consomme plus de 200 GWh/an d’énergie, sans compter toute l’énergie consommée à extraire et transporter les ressources fossiles nécessaires à la production de l’or en fibres, avec les pollutions assorties au transport routier ?

Harmonie ???

….Ach ! Money money… ?   Compris ! – Nous savons être polyglottes au besoin. –

Si l’harmonie se fait par l’arrosage de monnaie sur des crédules béats et des moins crédules ravis, le tout au nom du bien-être de l’humanité qui n’en demandait pas tant, nous ne pouvons nommer la chose, en langage prosaïque, que « clientélisme » ou « fabrique du consentement », et, pourquoi pas, « subornation de victime » ou « achat de silence ».

Knauf propose ça :

Et vous voyez émerger ça :

Sans compter ce qui ne peut figurer sur des photos : le bruit infernal, les odeurs nauséabondes, les poussières toxiques, gaz et microparticules insidieux. Tout un monde invisible et de ce fait d’autant plus dangereux pour la santé quand on rajoute aussi les nuisances lumineuses : enseignes commerciales surpuissantes, et éclairage extérieur des zones de travail.

Respect de l’environnement : nul.

Harmonie avec les citoyens: nul.

Bilan

Intégration paysagère

Nous avions publié le 22 mars 2019 un billet « Acheter sur plans » qui montrait que l’intégration paysagère telle qu’exigée dans le dossier de permis de construire déposé par Knauf Insulation était, à notre sens, soit tendancieuse soit incomplète, par omission ou orientation contestable.

L’administration s’est contentée de ce qui lui a été fourni… Peut-être les textes précisant ce que cette intégration paysagère doit montrer sont-ils imprécis et incomplets, peut-être n’ont-ils pas été pris en compte, nous l’ignorons.

Maintenant que la construction de l’usine touche à sa fin, nous vous proposons de prendre un peu de hauteur pour constater la véritable « intégration paysagère » dans le Thionvillois de Knauf Insulation à Illange.

Chacun appréciera…

Le plus grave reste évidemment ce que Knauf Insulation va déverser sur ses chanceux voisins : il y en aura pour tout le monde, dans l’air, sur la route, sur les sols et dans les eaux, en plus de l’A31 sans oublier les poussières et odeurs du port d’Illange…

Vive les vents, vive les vents, vive les vents divers !