Fini le mythe du jardinier qui cultive ses bons gros légumes

Lavenir.net

Amis jardiniers,

Avez-vous pensé aux retombées knaufiennes dans vos jardins ? Pensez-vous qu’il faille encore manier la bêche et le râteau alors que les cheminées de l’usine vont nous arroser de formaldéhyde, de particules fines, de dioxyde d’azote, des substances extrêmement dangereuses pour la santé ? Knauf n’a que faire de la qualité des légumes et de la santé des jardiniers. Seuls lui importent son usine et les dividendes de ses actionnaires.

Continuer la lecture de « Fini le mythe du jardinier qui cultive ses bons gros légumes »

Réunion du Coderst du 18 décembre 2018

Le Conseil départemental pour l’Environnement et les Risques sanitaires et technologiques a examiné le 18 décembre dernier trois dossiers sensibles : Amazon à Frescaty (projet Argan), Arcelor-Mittal à Florange (projet Galsa) et Knauf Insulation à Illange.

Le Coderst, dernière instance consultée pour avis avant la décision du Préfet, est composé de représentants de diverses administrations et d’instances élues ainsi que de représentants de la société dite civile, minoritaires. Du fait de sa composition, c’est plus une chambre d’enregistrement qu’un organisme de contrôle. Les projets qui lui sont présentés sont préparés par les administrations qui en font partie, avec la plupart du temps l’accord tacite ou préalablement obtenu des élus y siégeant.

Bien que ne nourrissant aucune illusion sur l’avis que formulerait cette assemblée, et grâce à l’intervention de Mirabel-LNE auprès du préfet, Stop Knauf Illange a pu être entendu par le Coderst pendant 17 minutes (!) , sans questions ni débat, avant que les représentants de Knauf le soient à leur tour, pendant une durée que nous ignorons, ce qui est de droit pour les pétitionnaires de projet.

Continuer la lecture de « Réunion du Coderst du 18 décembre 2018 »

Les pollueurs ne sont pas les payeurs !

En réalité, les pollueurs sont payés pour polluer !

Lu sur le blog « Sortons de l’âge des fossiles ! » :

« L’essentiel des 1400 sites industriels et entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre en France sont exonérés de la taxe carbone payée par les ménages, les artisans et les petites entreprises.
[Cela] représente environ 107 millions de tonnes de C02 relâchés dans l’atmosphère en 2017, en hausse de 5% par rapport à 2016 (données de l’Agence environnementale européenne). […]

Ces 1400 sites industriels les plus polluants du pays [sont] soumis au marché carbone européen et profitent d’un prix de la tonne carbone bien plus faible – dans les rares cas où ils doivent payer – et de facilités auxquelles les ménages, artisans et petites entreprises n’ont pas accès. […]

Résultat : alors que le principe « pollueur-payeur » s’applique aux ménages, artisans et petites entreprises, c’est le principe du « pollueur-payé » qui prédomine lorsqu’il s’agit des entreprises les plus polluantes. […]

Continuer la lecture de « Les pollueurs ne sont pas les payeurs ! »

Oui, notre lutte pour la santé est politique !

L‘édification de la structure du bâtiment Knauf est dérangeante et enrageante.
Normal.

Mais n’oublions pas que ce projet désastreux a été dès le départ entouré du secret car les décideurs savaient qu’ils rencontreraient une certaine opposition qui est devenue opposition certaine.
Le matraquage médiatique orchestré, assorti de la condescendance naturelle des « sachants» (eux) envers les « ignorants » (les autres), n’a pas empêché Stop Knauf Illange de rassembler près de 1.000 personnes à Thionville ce 24 novembre, de dépasser 300 adhérents et d’obtenir contre le projet près de 5.000 signatures, adhésions et pétition prenant au fur et à mesure de l’ampleur.

Il nous est préparé, nous en sommes quasiment sûrs maintenant, un Knaufland, sorte de Ludwigshafen (« Patrickshafen »?) à notre échelle de manants des terroirs laminés.

Monsieur Pierre Cuny, maire de Thionville, n’a-t-il pas déclaré le 21 juin 2018 lors d’une réunion de « Nord Moselle + » que Knauf avait posé des options pour des parcelles supplémentaires à celle déjà réservée ? Nous ne sommes pas convaincus que Knauf y pratiquera de l’élevage de chèvres pour engraisser du miscanthus lequel n’a d’ailleurs besoin de personne pour pousser tout seul et être utile.  (Voir miscanthus comme filtre CO2)

Suite du menu, plâtre, polystyrène, laine de verre ?

Il nous est régulièrement opposé, de manière éminemment stupide, le fait que nous ferions de la «politique»…
Ne tournons pas autour du poteau rose : quand les décideurs prennent une décision (ce qui n’est pas si fréquent en matière environnementale, finalement), ils commettent un acte politique. La réaction est ipso facto politique, même si elle n’est pas partisane. Donc,

Oui, notre action, en ce sens, est politique.

Nous sommes aussi accusés d’être contre le progrès, le sens de l’Histoire, etc. Vous savez, la vieille antienne du retour à la bougie et à l’âge des cavernes.
Or si le haut-fourneau, pardon, le cubilot à 1400 °C, représente une avancée, nocive mais avancée technique tout de même, par rapport à la bougie, la laine de roche est bien, elle, du temps des cavernes.

On sait faire beaucoup mieux comme matériau isolant et ce sans polluer le moins du monde et en absorbant le CO2, qui semble bien la seule « richesse » que l’on voie ruisseler à foison… pour nous réchauffer par temps déjà chaud.

Encore faudrait-il que ces technologies propres soient profitables aux parrains de la finance, de l’industrie et du commerce de haute volée.

Pour l’instant, la France offre 14 milliards pour isoler des logements dont près de cinq milliards pour les seuls bâtiments publics (qui en ont bien besoin, il est vrai). Cette « offre » est aussi un acte politique à l’intention des industriels, dont Knauf à Illange et bientôt Rockwool près de Soissons.

Qui veut gagner des milliards ?

Les retombées économiques de Knauf : 390 euros pour chacun des 21.840 camions par an

Camemberts Knauf

Knauf annonce 20 millions de retombée économiques

L’arrondi est généreux puisque l’addition donne plutôt 19,2. Mais étudions cela dans le détail.

Un petit 1 % (200.000 euros) irait aux hôtels, restaurants et autres (snacks?). À 65 euros la chambre d’hôtel, cela correspond à 3000 nuitées, plus de 8 nuitées par jour ; ou 8.000 repas à 25 euros, c’est-à-dire 20 repas par jour. Pour qui ? On ne sait pas. À croire que Knauf va faire de cette usine un pôle touristique.

Un million et demi devrait aller aux impôts. Ce chiffre ne dit pas quel montant reviendrait aux collectivités locales.

Deux millions seraient prévus pour la maintenance externalisée. La sous-traitance a ses avantages…

Sept millions seraient versés en salaires.

Enfin, la plus grosse part du camembert, huit millions et demi d’euros, serait à mettre au profit des « Transports ».

Continuer la lecture de « Les retombées économiques de Knauf : 390 euros pour chacun des 21.840 camions par an »

Knauf : toujours de grandes ambitions pour la mégazone

Nord Moselle + réunit les six EPCI du nord de la Moselle.

Lors de la réunion de son conseil d’administration le 21 juin 2018, Pierre Cuny, maire de Thionville et président de la Communauté d’Agglomération Portes de France-Thionville annonce que « l’entreprise Knauf a décidé de venir s’implanter sur la Mégazone avec la construction d’une première unité de production. Le groupe a aussi pris des options pour des tranches supplémentaires dans l’avenir. » [fichier PDF]

« Le groupe a aussi pris des options pour des tranches supplémentaires dans l’avenir » selon Pierre Cuny.

Cette information rejoint le faisceau d’éléments qui confirme les très grandes ambitions qu’a l’entreprise Knauf pour la mégazone. La récente embrouille sur les panneaux d’affichage du permis de construire est également suspecte…

Voir nos articles sur la MégaKnauf et sur Illange-le-Plateau.

Knauf : la radioactivité là où nous ne l’attendions pas

Cattenom, nous connaissons, bien même…

Nos voisins du Luxembourg, de Wallonie et de Sarre connaissent aussi très bien peut-être même mieux car ils ressentent l’implantation de cette centrale nucléaire au mieux comme un mépris de leur environnement et de leur santé, au pire comme une provocation délibérée de notre pays.

Pastilles d’iode, incidents divers répétés, mesures de contre-mesures, mine d’or pour les experts de tout « poêle »… !

Et voilà qu’un autre « poêle » se dévoile, lentement, au rythme lancinant d’un effeuillage qui n’en finit pas, accompagné d’une musique obsédante sur les mots de paroliers trop connus, trop entendus et souvent mal élus. « Le travail c’est la santé », chantait Riri. Et nous nous obstinons à fredonner « C’est pas la joie » de nos voix fluettes mais de plus en plus nombreuses avant que le ciel ne nous tombe sur la tête.

Les temps ont changé, les poêles devenus hauts-fourneaux sont rebaptisés cubilots, mais c’est le même boulot. Un couche de roche, une couche de coke, à hauteur de cuve et il n’y a plus qu’à tirer le jus de l’oseille. Le baeckeoffe des mineurs est devenu le baecknauf des pollueurs, et la Marquise va très bien.

Continuer la lecture de « Knauf : la radioactivité là où nous ne l’attendions pas »

Un projet d’usine de laine de roche à Soissons

C’est un concurrent de Knauf, cette fois, qui a l’ambition de s’installer près de Soissons : 140 millions d’euros pour monter l’usine, 150 emplois et une multitude de retombées « économiques »… mais aussi des retombées de polluants à foison.

Rockwool, groupe danois, est le numéro 1 de la laine de roche. Il n’hésite pas lui non plus à abuser de l’écoblanchiment pour vendre ses produits : naturel, inépuisable, isolation naturelle par excellence, pur produit de la nature, durable et l’inévitable bilan carbone positif

Continuer la lecture de « Un projet d’usine de laine de roche à Soissons »