Manifestation à Soissons

Riverains, scientifiques, personnalités politiques se joignent à la contestation

Ce samedi 29 mai, les anti-Rockwool ont manifesté leur colère face à l’arrêté préfectoral autorisant l’installation du géant danois sur les terres du Soissonnais.

Ils ont dénoncé les méthodes des services de l’état qui ne tiennent aucun compte de l’avis de la population, et se posent la question de l’intérêt d’organiser des enquêtes publiques puisque le peuple n’est pas entendu. Des élus, des conseils municipaux se sont prononcés contre ce projet inutile, la commune de Courmelles a émis un refus de permis de construire, un collectif de 29 médecins s’est créé pour alerter des dangers sur la santé des habitants. Parce que l’histoire se répète, les similitudes sont grandes avec ce que nous subissons en Moselle, le collectif Stop Knauf Illange est venu prêter main forte à Stop Rockwool, mêmes causes, même combat ! On pouvait lire sur les banderoles : « on veut des emplois respirables », « Soissons asphyxiée, notre avenir en danger », « Isolons propre avec des matériaux isolants biosourcés ».

Lors de la prise de parole, un hommage a été rendu au Président de SKI :

« Sans Guy rien n’aurait été possible, grâce à son intervention lors de la réunion publique et à ses nombreuses connaissances sur le sujet et avec son soutien, nous avons créé Stop Rockwoll Soissons. »

Il faut cesser de croire aux publicités mensongères des industriels. Ces usines polluent et fabriquent un produit depuis longtemps dépassé. Contrairement à ce que prônent ces deux multinationales Knauf et Rockwool, la laine de roche n’est pas un produit d’avenir. Il est grand temps en effet de se tourner vers les matériaux biosourcés !

Cette journée passée en compagnie des Soissonnais nous a permis de tisser des liens, de rencontrer le maire courageux de Courmelles Arnaud Svrczek dont nous avions parlé dans un précédent article, d’autres personnalités de différents partis politiques et des scientifiques comme M. Thomas Leroux, chercheur au CNRS, lequel met en garde « les substances qui s’échapperont des fumées retomberont, au moins en partie, dans la cuvette de Soissons, cela est inévitable : l’air de la ville va être dégradé ». Le scientifique, qui s’est positionné depuis le début contre ce projet, explique que « les procédés de fabrication sont très polluants. C’est le résultat de l’industrie du pétrole et de la chimie, des secteurs qui font suffoquer la planète. Par définition, ce genre d’usine devrait être proscrit en tout lieu, étant donné qu’il contribue à la destruction des ressources, l’altération des milieux, enfin au réchauffement climatique. Dans le monde actuel, il devient aberrant de concevoir ce genre d’usines. »

Merci à Élizabeth pour son accueil chaleureux et à toute l’équipe de StopRockwool !

29 mai 2021 Non à Rockwool
(Sur l’air des Copains d’abord de Brassens)

Non ce n’est pas une folie
De vouloir respirer ici
Sans la fumée d’usine Rockwool
C’est pour ça qu’y a foule
De particules pas question
Ni d’cheminées ni d’pollution
Mais des isolants biosourcés
Ça s’est pas sorcier !

Pourquoi une enquête publique
Qui se voulait démocratique
Avec avis défavorable
S’il faut qu’au final
Le préfet donne son accord
En précisant bien que c’est mort
Qu’on respirera du poison
Qu’ça nous plaise ou non !

Bien sûr que le maire de Courmelles
A essayé d’s’y opposer
Permis de construire refusé
Mais c’est pas gagné
Nous on espère tout simplement
Qu’on respirera à plein temps
Et que Rockwool s’installera pas
On est là pour ça !

En protestation contre la loi Climat et Résilience

Les militants de Stop Knauf Illange ont participé à la marche fleurie pour le climat, la culture et le social, ce dimanche 9 mai. Ils ont défilé dans les rues de Metz avec d’autres associations pour protester contre la loi Climat et Résilience adoptée mardi 4 mai à l’Assemblée Nationale et jugée peu ambitieuse.

Il s’agissait aussi de montrer que la lutte contre l’industriel Knauf n’est pas terminée.

Les SKI se sont retrouvés dans une ambiance festive et ont pu renouer le contact, « en présentiel » avec de nombreuses autres associations comme Attac, la Chorale Révolutionnaire, Youth for climate…

C’est loin d’être fini !

Aujourd’hui s’est tenue au tribunal administratif l’audience au cours de laquelle les juges ont pris connaissance des conclusions du rapporteur public et ont entendu les dernières plaidoiries des avocats. Leur verdict sera rendu public dans quelques semaines.

En tout état de cause, la possibilité d’aller en appel resterait ouverte. Nous déciderons le cas échéant si une suite judiciaire est opportune.

L’action judiciaire n’est qu’une des facettes de notre combat contre ce que nous considérons comme une absurdité politique que d’avoir autorisé la création d’une usine destructrice du climat avec son procédé au charbon, et dégradante de la qualité de l’air, alors qu’il est maintenant avéré que la pollution atmosphérique tue plus de 60 000 français chaque année et que nous sommes déjà en zone des plus polluées de France (il n’y a que 34 Plans de Protection de l’Atmosphère (P.P.A) en France dont un en Moselle ; Illange est au croisement des couloirs de vents et de pollution industrielle et des transports des vallées de la Moselle avec l’A31, de la Fensch et de l’Orne).

Dans notre objectif de « défense et de protection de la santé des populations de notre territoire, face aux menaces environnementales », nous nous attacherons avec la plus grande vigilance, à suivre l’activité de Knauf et à vérifier qu’il respecte ses obligations et ses engagements.

Les services de l’État ont en charge de vérifier le respect des obligations. Ces obligations ont été élargies par le Préfet par rapport à ce que Knauf est capable de faire dans son usine de St Egidien en Allemagne. C’était une requête du commissaire enquêteur que d’aligner les valeurs limites des émissions d’Illange sur les valeurs obtenues en Allemagne, or le Préfet a donné à Knauf des permis de polluer considérablement plus larges. De plus l’État donne de moins en moins de moyens aux services en charge de l’inspection des établissements classés. Il ne faut donc pas attendre de miracles de l’état dans la préservation de la qualité de l’air autour de l’usine.

C’est la raison pour laquelle une veille citoyenne est plus que jamais nécessaire. Nous serons présents pour rappeler à Knauf, ses engagements et pour mettre les élus qui ont favorisé ce projet aberrant, devant leurs responsabilités. Rappelons que Knauf s’est engagé sur une usine « zéro déchet » et sur une usine plus performante à Illange que son modèle allemand, visité par nombre de nos élus.

Le principe de l’accès de la population aux informations relatives à l’environnement est un principe fondamental de notre droit. Le Préfet qui est responsable de l’organiser, nous renvoie aux gesticulations médiatiques de Knauf qui, de son côté, verrouille/contrôle toute communication à la population et à ses élus.

Cette situation ne peut pas perdurer, la population et les élus ainsi que les associations comme SKI ont le droit d’accéder aux mesures de l’autocontrôle des émissions de polluants, d’accéder à la liste des incidents d’exploitation, aux modifications du process, comme l’avancement de la mise en œuvre du liant végétal ECOSE, qui fait partie des promesses de Knauf, et bien d’autres informations.

Le législateur a prévu, pour organiser ces échanges, que le Préfet puisse créer une Commission de Suivi de Site (C.S.S) comme il en existe pour le nucléaire mais aussi pour des établissements plus modestes, comme l’Air Liquide à Richemont, par exemple. Cette commission rassemble autour de l’administration : l’industriel, les salariés, les élus et les associations représentatives des riverains. Son fonctionnement repose sur des bases démocratiques et transparentes.

Nous avons besoin de votre soutien, pour obtenir que cet outil de concertation prévu par la loi existe et pour, ensuite, y défendre nos intérêts à tous. Il faut se mobiliser pour l’obtenir, nous vous invitons à adhérer, et faire adhérer autour de vous…

Knauf : Des promesses non tenues !

La ville de Yutz publie dans son dernier bulletin municipal, un article qui traite des premiers résultats des analyses de la qualité de l’air à la sortie des cheminées de l’usine Knauf. Cet article nous a interpellés tant par les résultats publiés que par leur côté partiel. Nous avons rencontré Madame la Maire de Yutz pour échanger sur ces éléments.

Il ne nous a pas été donné d’accéder aux éléments dont disposait la Ville, mais il ressort de cet échange, que la ville disposait d’éléments sans doute fiables parce qu’émanant du labo certifié Cofrac qui fait les mesures, mais partiels.

Dans sa volonté de satisfaire à sa promesse de campagne, d’informer ses administrés sans filtre, l’équipe municipale nous semble avoir fait preuve de précipitation en publiant des éléments incomplets. Il ressort de cette communication, qu’elle laisse les lecteurs avertis sur leur faim, ouvre la place à des spéculations sur l’importance des manques, et n’atteint pas à l’objectif d’une information complète, claire et pédagogique sur ce sujet complexe.

Continuer la lecture de « Knauf : Des promesses non tenues ! »

Les mamans de Surdulica

Quelques nouvelles de Surdulica en Serbie où la population se plaint toujours d’une pollution importante de l’usine Knauf.

Un collectif- « Mama Šapčanke » « Les mamans de Surdulica » s’est créé pour exprimer son mécontentement face à l’air pollué de cette ville. Selon cet article, « les gynécologues de Surdulica auraient remarqué une augmentation de fausses couches, mais il semble qu’il ne soit pas encore temps d’en parler ouvertement ».

D’autre part, des habitants de Surdulica ont envoyé une lettre à l’attention du ministre de la Protection de l’environnement. Celle-ci indique que le ministère devrait former une équipe d’experts qui examinerait de manière objective l’impact sur l’écosystème de l’entreprise allemande. Les habitants soulignent qu’il n’est plus possible de vivre normalement à Surdulica et qu’il faut trouver un nouvel emplacement pour cette industrie sale en dehors de leur ville, considérée comme une région d’exception en raison de ses particularités naturelles. Ils estiment également avoir le droit constitutionnellement garanti à un air pur sans «particules de polluants autorisées», et le droit à des conditions d’une vie locale saine. Ce qui est désormais totalement impossible.

Continuer la lecture de « Les mamans de Surdulica »

L’eau un bien commun à protéger

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau ce dimanche 21 mars, plusieurs organisations des Vosges ont lancé cet appel auquel Stop Knauf Illange s’est associé :

« Notre en eau est en danger. Rassemblons nous pour l’Eau dans les Vosges !
Il est acquis que notre ressource en eau est menacée dans l’ensemble du département. Les sécheresses répétitives depuis plusieurs années font prendre conscience à chacun.e de la pression qui s’exerce sur cette ressource vitale.
Il faut en finir avec les activités humaines destructrices de la ressource en eau.
Il faut en finir avec l’accaparement de l’eau à des fins de marchandisation.
L’eau est un bien commun de l’humanité à transmettre aux générations futures.
Il est urgent de la protéger et d’en assurer une gestion démocratique et citoyenne.
La défense de l’eau, du climat, de la biodiversité sont indissociables.
Agir pour l’environnement, c’est aussi agir pour l’emploi durable. »

Nous leur avons transmis cette contribution :

« À Illange la lutte continue. Les rebuts de production s’accumulent, stockés de façon anarchique et contraire aux règles environnementales et sanitaires. Knauf 2021 c’est toujours et encore du dioxyde de soufre, de l’ammoniac, du phénol, du formaldéhyde, des microparticules et des gaz à effet de serre. Nous subissons les conséquences du procédé archaïque de fabrication : LE CHARBON !

Les incidents depuis la création de cette usine soi-disant moderne et exemplaire, sont nombreux et Knauf ne donne des explications sur leur origine qu’après le signalement des riverains.

Aujourd’hui, les Stop Knauf Illange restent plus que jamais mobilisés, vigilants et exigent de la transparence de la part de ce gros pollueur. Nous ne pouvons nous satisfaire de la communication « filtrée » de l’exploitant.

Knauf doit rendre compte à celles et ceux que l’usine intoxique non seulement par sa pollution atmosphérique mais aussi à travers son agression sonore et olfactive.

Nous voulons les chiffres réels sur la quantité de rejets ; que les Mosellans impactés soient équipés de capteurs ; que son pseudo-comité de suivi de site devienne un réel lieu d’échanges et de concertation démocratique.

Nous exigeons de Knauf et des pouvoirs publics qu’ils prennent des mesures concrètes et efficaces pour réduire cette pollution.

Enfin, Stop Knauf Illange reste attentif à tout nouveau « grand projet inutile et imposé » qui pourrait émerger dans la région et nous soutenons les initiatives sur la protection de cette ressource vitale qui est notre bien commun à toutes et tous : l’eau. »

Une usine exemplaire…

Réglementation Environnementale 2020 : Les biosourcés ont-ils les moyens de bousculer la construction ?

Consacrés par la Réglementation environnementale 2020, les matériaux biosourcés semblent être en position de force pour s’imposer dans les modes constructifs face aux matériaux dits conventionnels. Mais si elles sont déjà structurées, les filières doivent tout de même adapter leurs rythmes de production et de distribution.

Un excellent article à lire chez nos ami·e·s de Stop Rock Wool :