Assemblée générale

L’association Stop Knauf Illange tiendra une Assemblée générale jeudi 21 novembre à 20h, salle Voltaire, 44 Boulevard sous les Vignes, 57310 Guénange.

A l’ordre du jour figurent les points administratifs suivants : renouvellement statutaire d’un tiers du conseil d’administration, rapport moral du président et présentation des comptes 2018-2019 avec vote sur quitus.

D’autres points seront également abordés :

  • Procédures judiciaires en cours devant le Tribunal administratif de Strasbourg contre l’arrêté préfectoral d’autorisation d’exploitation du 21 décembre 2018 et recours en excès de pouvoir contre le maire d’Illange pour le permis de construire modificatif du 22 mars 2019,
  • Rapport du groupe Mesures de la qualité de l’air : point d’étape,
  • Suivi de l’élimination des déchets de production,
  • Stratégie 2020 et débat.

La presse pourra, si elle le souhaite, assister au début de l’AG, puis sera invitée à laisser les membres de l’association à débattre à huis-clos.

Knauf embauche

Knauf souhaite puiser dans les viviers existants mais il ne trouve pas de travailleurs à sa pointure. On se demande bien pourquoi !

Il est obligé de faire appel à la MRS :

« Une méthode qui fait abstraction de tout prérequis tel que le diplôme ou l’expérience : les candidats sont jugés selon leurs aptitudes. Présentation de cette méthode plébiscitée par de nombreuses entreprises. » 

Autrement dit pour entrer chez Knauf, pas la peine de diplômes, juste de bons poumons, être contraint de travailler (pour éviter la rue…) et une bonne dose d’optimisme aux hormones. 

Indignation de Knauf, lui qui pensait agir pour le bien de l’humanité et offrir aux misérables Mosellans que nous sommes, un poste de choix ! Mais voilà qu’ils font les difficiles !

Peuple ingrat !

Волим Сурдулицу – J’adore Surdulica

Lundi 04 novembre 2019

Lettre ouverte à Tihomir Civkaroski (Directeur de Knauf Insulation Balkans, Chypre et Malte)

Monsieur,

Si vous lisez cette lettre ouverte et si vous y répondez en portant votre attention sur le problème évoqué, vous m’en verrez heureux.

Je m’exprime en mon nom personnel, en tant qu’habitant de Surdulica et père de deux enfants.  Je suis conscient des enjeux et des inquiétudes qui animent mes concitoyens, lesquels subissent la pollution générée par l’entreprise que vous dirigez.

La situation actuelle n’est pas des plus heureuses, car malgré les problèmes de pollution (vous ne contesterez pas la réalité du sujet), votre attitude personnelle me laisse peu d’espoir que la situation s’améliore. Vous avez largement nié dans vos diverses interventions l’état préoccupant de la santé des gens et de la situation environnementale, ce qui montre que vous n’avez pas l’intention de résoudre ces problèmes. […]. Nous devons respirer chaque jour une concentration accrue de toxines qui sont dans l’air. Pendant un certain temps, un homme peut être tolérant et patient, mais quand autour de lui commencent à mourir des gens, de diverses formes de maladies malignes, quand les jeunes femmes enceintes commencent à perdre l’enfant qu’elles portent, enfant qui, de toute façon, aurait vécu en mauvaise santé à cause de l’environnement, ce même homme ne peut qu’être inquiet et exiger que cela cesse.

Je ne voudrais pas être trop long, afin de conserver votre attention ; je crois que vous savez tout sur le sujet et je voudrais donc aller à l’essentiel.

Continuer la lecture de « Волим Сурдулицу – J’adore Surdulica »

Une résistance faite de luttes qui se croisent

Toujours animés d’un esprit de justice et de solidarité, les SKI sont venus cet après-midi apporter leur soutien aux courageux militants de Greenpeace. C’est aujourd’hui en effet que se tient le jugement en appel à Metz pour l’intrusion et le feu d’artifice dans la Centrale de Cattenom le 12 octobre 2017.

Durant tout l’après-midi de nombreuses associations comme Attac, Stop Bure, Sortir du Nucléaire, Les Coquelicots, Stop Knauf Illange, tous ont répondu à l’appel. Les militants se sont rassemblés pour dénoncer cette injustice flagrante. Quel crime les militants de Greenpeace ont-ils commis ? Ils n’ont fait que dénoncer le risque nucléaire en montrant qu’on peut entrer dans la centrale comme dans un moulin. Est-ce un séjour en prison qui doit être réservé aux lanceurs d’alerte ?

Continuer la lecture de « Une résistance faite de luttes qui se croisent »

Comment Knauf réunit les habitants d’Illange et de Surdulica

Traduction de cet article du blog serbe « J’adore Surdulica », une ville où Knauf exploite une usine « zéro déchet »… ou pas.

Illange est une petite commune dans le nord-est de la France, près de la frontière avec le Luxembourg et l’Allemagne. La région a été pendant la Seconde Guerre mondiale en conflit avec l’Allemagne. Surdulica se trouve dans le sud-est de la Serbie et a beaucoup souffert pendant les deux Guerres mondiales.

L’histoire a fait que la France et la Serbie ont été alliées contre l’agresseur allemand pendant les deux guerres.

Ces deux endroits, Illange et Surdulica, sont ensemble touchés par une entreprise allemande qui a un impact négatif sur la santé humaine et sur l’environnement. À Illange et ses environs, une partie de la population se rebelle contre l’implantation de cette entreprise et organise à plusieurs reprises des manifestations en interpellant les institutions et autorités compétentes, responsables de la situation.

Knauf Insulation annonce à Illange une production de 110.000 tonnes de laine de roche par an soit 300 tonnes par jour, tandis qu’en Serbie la production est de 150 tonnes par jour (annonce officielle du directeur de l’usine le 12-03-2019).

Continuer la lecture de « Comment Knauf réunit les habitants d’Illange et de Surdulica »

L’être et le paraître

Aujourd’hui, dans notre société du paraître, l’image de marque est capitale. Knauf Insulation en sait quelque chose depuis qu’il est venu se frotter à une bande d’irréductibles riverains.

Nuiraient-ils à sa réputation ? Il est vrai que lorsqu’on est obligé de faire appel aux forces de l’ordre pour calmer la population, lorsqu’on déploie les grands moyens, un drone de surveillance et d’observation survolant l’espace, nous nous posons des questions.

Mais ce bienfaiteur de l’humanité croyait que nous allions lui ouvrir les bras, nous prosterner devant lui parce que dans sa grande générosité, il nous offrait sur un plateau 123 emplois ! 

Il aura beau mettre un toit végétalisé sur son usine, l’entourer de jardins, l’agrémenter d’arbres (pour masquer la triste réalité), son image est bel et bien ternie.

M. Knauf, ce n’est pas en multipliant les réunions que vous réussirez à nous amadouer. Vous êtes un gros pollueur. Cessez de vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas. Votre but est le profit. Vous n’aimez pas qu’on vous traite de pollueur et pourtant…

Continuer la lecture de « L’être et le paraître »

Une dose toxique de cynisme

Traduction de cet article du blog serbe « J’adore Surdulica », une ville où Knauf exploite une usine avec les « meilleures techniques disponibles »… ou pas ?

C’est juste après cette quatrième manifestation contre Knauf et ses polluants qu’un fait m’a intrigué et que je tiens à relater ici.

Les gardiens nous accueillent avant le seuil de cette usine allemande. Il n’est pas dans mon intention de les accuser de tous les maux, mais leur apparence, leurs gestes obscènes et provocateurs nous amènent à nous interroger : « N’avez-vous donc aucune conscience ? ». Que dire aussi de leurs rires moqueurs quand ils jaugent les enfants qui portent des banderoles ?

Je leur répondrai : « Messieurs, le responsable c’est votre employeur, c’est à cause de lui si les maladies infantiles se multiplient, c’est encore à cause de lui si de nombreux bambins ne verront jamais ni la lumière ni la beauté diurnes. Les enfants qui défilent durant la manifestation ne sont pas manipulés, ils protestent eux-aussi et sont en âge de réfléchir par eux-mêmes, les panneaux ce sont eux qui les ont confectionnés pour dénoncer la pollution générée par l’usine Knauf.

Ces enfants sont en quelque sorte l’allégorie de la lutte et tout un chacun devrait se réjouir de leur implication ! Ne réservons pas le combat aux seuls retraités (que je salue et respecte) sinon ce sera la mort assurée de notre ville Surdulica.

Habitants de Surdulica, vous êtes conscients grâce à vos maîtres qui, à l’école, vous ont très jeunes sensibilisés aux problèmes environnementaux, vous devez continuer, vous et vos enfants à manifester dans les rues.

Messieurs les responsables, le moment venu, vous serez incapables de regarder dans les yeux les mères qui auront été contraintes d’avorter. Je n’aimerai pas être à votre place ce jour-là.

Le cubilot pour les nuls

Aujourd’hui, le coke vu par le spécialiste industriel Mark Leverton.

« Nous utilisons une des meilleures technologies disponibles. Nous n’utilisons pas de charbon mais du coke. Le coke a l’avantage d’être moins poussiéreux d’une part et beaucoup plus efficient en termes de pouvoir chauffer. Des émissions qui sont quand même moindres et qui n’ont rien à voir avec le charbon traditionnel ».

Mark, vous recopierez 100 fois : « Le coke est une variété de charbon résultant de la distillation de la houille, utilisée dans le chauffage domestique et surtout dans l’industrie métallurgique. » 

Autrement dit, coke et charbon are the same sh*t, my dear !

Et pour les détails sur le cubilot, voir cette page sur fontesdart.org.

Agoraphobie chez les zélites zélotes


Que d’inepties en une seule journée ! Et à un rythme frénétique endiablé que l’on n’avait pas connu chez nos zélites zélotes depuis le temps de l’enquête publique.

Nos fanatiques du superlatif industriel approximatif ont effectué leur dernier entraînement avant la compétition électorale de 2020 que le monde entier nous envie.

Alléluïa, chantez hautbois, résonnez musettes ! Chauffe Patrick, chauffe !

Chantons tous cet avènement qui aurait, en d’autres temps, donné lieu à fanfares, flonflons, ruban découpé en plein air et poulardes rôties en broche.

Pourquoi n’en fut-il pas ainsi hier 22 octobre… ? Allez savoir.

Une multitude écervelée, une foule assassine, en tout cas mal intentionnée (c’est sûr) et armée jusqu’aux dents de fourches et de bâtons, à l’esprit kamikaze, aurait-elle contraint les tenanciers du fief à un prudent enfermement douillet ?

Notre Perlati qui nous met son bienfaiteur de l’humanité, « plus qu’un investisseur » (un seigneur, peut-être ?) dans son poumon vert favori, avec Thies Knauf à la francophilie arrogante qui revient chez lui, enfin chez nous, quoi…

Pour la nécessaire propreté des lieux qui sied à pareilles festivités, les déchets de laine de roche 100% renouvelable ont été transportés par semi-remorques vers les déchèteries d’Aboncourt, de Malancourt et d’ailleurs pour y être enfouis ou traités (?) en toute discrétion.
On a vu mieux comme recyclage !

Le contrôle continu par intermittence (brevet Knauf Gebrüder 2019) ne fait pas trop sérieux non plus.

Avez-vous relevé la phrase qui revenait sans cesse dans tous les discours à commencer par M. Leverton, reprise par M. Weiten et répétée par leurs sbires ? Mais c’étaient “110 millions d’euros, 123 emplois, 16 ha…” bien sur ! Ça ne fait pas beaucoup d’emplois par million et par hectare ou par tonne de polluants…

Mention spéciale “innovation” pour la traditionnelle découpe du ruban : chez Knauf, ça se fait sous chapiteau démontable (la prochaine se fera en réalité virtuelle, ça éliminera toute manifestation possible des opposants).
Et tant qu’à faire, l’usine, prétendument en rodage, a été mise à l’arrêt : il aurait été dommage que ça sente la morue…

Merci au Crédit Mutuel pour la couverture média. Il paraît que vous vous êtes vraiment demandé s’il fallait faire écho à notre contestation…

Une inauguration qui rime avec contestation

C’est toujours dans une ambiance bon enfant que les adhérents de SKI se rassemblent pour dénoncer encore une fois le scandale de l’usine de laine de roche. Ils se devaient d’être présents ce mardi 22 octobre pour l’inauguration de l’usine.

À cette occasion SKI a pu voir tout un groupe de jeunes gens et même de plus anciens proposer une résistance passive à l’intérieur même de l’usine. Par quels moyens ces petits malins sont-ils rentrés dans l’usine ? Il faudra le leur demander. Toujours est-il qu’on pouvait croiser des sympathisants d’ATTAC, du Front Social, Oinoleboso, Extinction Rébellion, Stop Bure,  tous décidés à rencontrer quelques personnalités pour discuter sur cette usine infâme.

Quoique non invités, les opposants se sont regroupés devant les grilles, le cœur non pas léger car, comme à Surdulica, en Serbie, ils constatent que leur univers se dégrade, mais pour accrocher leurs banderoles tout autour du site. Ils veilleront ensuite à les décrocher, ils ne veulent pas en effet  qu’on les confonde avec les vrais pollueurs. Que lit-on sur ces panneaux et pancartes ?

On constate que les slogans se sont durcis.

Continuer la lecture de « Une inauguration qui rime avec contestation »