Menschlichkeit : Knauf, derrière les murs

En ces temps troublés nous avons plus que jamais besoin de nous raccrocher à des valeurs (non boursières) sûres qui nous servent de repères dans la vie.

Knauf a bien compris le bénéfice qu’il pouvait tirer de la référence aux grandes vertus telles que la bienveillance, la sollicitude, « le Care » dans son acception anglo-saxonne. Ainsi, l’entreprise met en exergue la priorité donnée à l’homme, à travers son slogan « l’humain d’abord ».

Nous avons largement dénoncé l’impact de l’activité de Knauf sur la santé et la qualité de vie des riverains de l’usine d’Illange, mais que se passe-t-il à l’intérieur de l’usine ? Quelle réalité se cache derrière les slogans de Knauf en termes de management de la ressource humaine ?

Knauf est très attentif à la diffusion de l’image idéale, savamment construite d’une entreprise dynamique (challenge), imaginative (Create), et bienveillante (Care). Ainsi à travers les discours tenus aux autorités ou à travers les documents grand public de propagande (Fuse), Knauf distille l’image sécuritaire, d’une parfaite maîtrise du process industriel, d’une grande expertise dans le choix de ses matières premières pour réduire l’impact sur l’environnement, et surtout d’un autocontrôle des émissions si sophistiqué, si présent, si peu discutable, et qui donne de si bons résultats. C’est ce que chacun doit pouvoir imaginer quand il passe devant cette belle usine, bien propre, clinquante, exposée comme une vitrine illuminée, en bordure de l’autoroute. Et bien sûr, même si Knauf communique peu sur ce qui se passe à l’intérieur de l’usine, nous sommes invités à penser que ces mêmes vertus sont mises en œuvre, au quotidien, au cœur de l’outil de production.

Cette belle image commence toutefois à se craqueler et par les fentes suinte une autre réalité.

Nous avons ainsi été destinataires de témoignages multiples et concordants, venant de l’intérieur ou de personnels récemment écartés de l’entreprise, qui offrent une autre vision, qui montrent que l’humain est utilisé chez Knauf comme une matière première quelconque.

Voici quelques éléments qui nous ont été rapportés.

Continuer la lecture de « Menschlichkeit : Knauf, derrière les murs »

En Serbie, Knauf lutte pour masquer une infraction technique et technologique

Knauf annonce l’augmentation de sa production dans les mois qui viennent, et que cette augmentation sera suivie de l’installation de nouveaux filtres.

Les « Surduliciens » sont témoins que les cheminées crachent plus que jamais. Pourtant, ce qui s’est passé le matin du 8 juillet 2019 a été décrit par Knauf comme des rejets de… vapeur d’eau causés par l’activation du système de prévention des incendies, suite à une alerte. Sauf que, non seulement la fumée n’était pas blanche, mais il y avait fort probablement divers composants en elle qui nous semblent pouvoir être dangereux.

En diffusant l’information, Knauf a prétendu que « l’impact négatif possible sur l’environnement » a été empêché, ce qui est un mensonge absolu…

Il est nécessaire que les services de surveillance déterminent toutes les circonstances de cet « évènement», ainsi que les composants rejetés, en plus de la vapeur d’eau, sans compter que l’événement n’est pas destiné à l’étude de faisabilité ni à l’évaluation de l’impact environnemental de l’augmentation annoncée de la production.

Continuer la lecture de « En Serbie, Knauf lutte pour masquer une infraction technique et technologique »

Les pollueurs ne sont pas les payeurs !

En réalité, les pollueurs sont payés pour polluer !

Lu sur le blog « Sortons de l’âge des fossiles ! » :

« L’essentiel des 1400 sites industriels et entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre en France sont exonérés de la taxe carbone payée par les ménages, les artisans et les petites entreprises.
[Cela] représente environ 107 millions de tonnes de C02 relâchés dans l’atmosphère en 2017, en hausse de 5% par rapport à 2016 (données de l’Agence environnementale européenne). […]

Ces 1400 sites industriels les plus polluants du pays [sont] soumis au marché carbone européen et profitent d’un prix de la tonne carbone bien plus faible – dans les rares cas où ils doivent payer – et de facilités auxquelles les ménages, artisans et petites entreprises n’ont pas accès. […]

Résultat : alors que le principe « pollueur-payeur » s’applique aux ménages, artisans et petites entreprises, c’est le principe du « pollueur-payé » qui prédomine lorsqu’il s’agit des entreprises les plus polluantes. […]

Continuer la lecture de « Les pollueurs ne sont pas les payeurs ! »

Les retombées économiques de Knauf : 390 euros pour chacun des 21.840 camions par an

Camemberts Knauf

Knauf annonce 20 millions de retombée économiques

L’arrondi est généreux puisque l’addition donne plutôt 19,2. Mais étudions cela dans le détail.

Un petit 1 % (200.000 euros) irait aux hôtels, restaurants et autres (snacks?). À 65 euros la chambre d’hôtel, cela correspond à 3000 nuitées, plus de 8 nuitées par jour ; ou 8.000 repas à 25 euros, c’est-à-dire 20 repas par jour. Pour qui ? On ne sait pas. À croire que Knauf va faire de cette usine un pôle touristique.

Un million et demi devrait aller aux impôts. Ce chiffre ne dit pas quel montant reviendrait aux collectivités locales.

Deux millions seraient prévus pour la maintenance externalisée. La sous-traitance a ses avantages…

Sept millions seraient versés en salaires.

Enfin, la plus grosse part du camembert, huit millions et demi d’euros, serait à mettre au profit des « Transports ».

Continuer la lecture de « Les retombées économiques de Knauf : 390 euros pour chacun des 21.840 camions par an »

Knauf : la radioactivité là où nous ne l’attendions pas

Cattenom, nous connaissons, bien même…

Nos voisins du Luxembourg, de Wallonie et de Sarre connaissent aussi très bien peut-être même mieux car ils ressentent l’implantation de cette centrale nucléaire au mieux comme un mépris de leur environnement et de leur santé, au pire comme une provocation délibérée de notre pays.

Pastilles d’iode, incidents divers répétés, mesures de contre-mesures, mine d’or pour les experts de tout « poêle »… !

Et voilà qu’un autre « poêle » se dévoile, lentement, au rythme lancinant d’un effeuillage qui n’en finit pas, accompagné d’une musique obsédante sur les mots de paroliers trop connus, trop entendus et souvent mal élus. « Le travail c’est la santé », chantait Riri. Et nous nous obstinons à fredonner « C’est pas la joie » de nos voix fluettes mais de plus en plus nombreuses avant que le ciel ne nous tombe sur la tête.

Les temps ont changé, les poêles devenus hauts-fourneaux sont rebaptisés cubilots, mais c’est le même boulot. Un couche de roche, une couche de coke, à hauteur de cuve et il n’y a plus qu’à tirer le jus de l’oseille. Le baeckeoffe des mineurs est devenu le baecknauf des pollueurs, et la Marquise va très bien.

Continuer la lecture de « Knauf : la radioactivité là où nous ne l’attendions pas »

Émissions de CO2, l’entourloupe de Knauf

Philippe Coune, responsable « environnement » chez Knauf, se targue de réaliser une usine qui ne rejetterait en une année que l’équivalent d’une demi-journée d’empreinte carbone de l’A31. Mais cette comparaison est-elle significative ?

Comparaison avec une autoroute de 349 km…

Cette autoroute relie le Luxembourg à Beaune et fait 349 km (une paille… ). Est-il utile de rappeler que le transport routier est le principal émetteur de gaz à effet de serre (29 % en France) ? Autant comparer la hauteur des cheminées Knauf avec la Tour Eiffel…

Continuer la lecture de « Émissions de CO2, l’entourloupe de Knauf »

Le contrat familial des 22

La Commission européenne inflige à quatre sociétés productrices de plaques de plâtre une amende d’un total de 478 millions d’euros :

  • BPB : 138,6 millions d’euros
  • Knauf : 85,8 millions d’euros (presque le prix d’une usine neuve)
  • Lafarge : 249,6 millions d’euros
  • Gyproc : 4,32 millions d’euros

La lecture attentive de l’arrêt en appel de la Cour de Justice européenne du 1er juillet 2010 (aff. C-407/08 P) nous apprend quelques points intéressants.

Knauf est au regard du juge européen « une entité économique intégralement possédée par 22 membres de la famille Knauf ». Les montages juridiques et financiers des nombreuses activités de Knauf, au travers de ses filiales de par le monde, n’empêchent pas le juge de considérer qu’il existe entre ces 22 personnes physiques « un contrat familial » dont l’objet est «d’assurer une direction et une gestion uniques des entreprises Knauf ».

Continuer la lecture de « Le contrat familial des 22 »